Comment être un nomade numérique (et faire du travail en déplacement)

Comment être un nomade numérique (et faire du travail en déplacement)

La vie de nomade numérique n’est pas un long fleuve tranquille, mais c’est la façon la plus gratifiante de vivre pour moi. Lisez la suite pour découvrir comment devenir un nomade numérique et rester productif.

Pendant de nombreuses soirées d’hiver, il n’y a pas si longtemps, j’étais assis à taper dans mon appartement de Toronto longtemps après la fin de ma journée de travail de neuf à cinq. Les tempêtes de neige faisaient rage à l’extérieur tandis que je rédigeais toutes sortes de récits jusque tard dans la nuit, résolu à respecter mes échéances en dehors de mon emploi salarié habituel.

Les missions affluaient régulièrement. J’ai fait une école de journalisme à Toronto et, depuis, je travaille dans ce secteur en tant que reporter, rédacteur et écrivain indépendant. En gros, j’ai un intérêt dans tout ce jeu d’écriture depuis 2009 et donc, lorsque j’ai décidé de devenir un nomade numérique, j’avais accumulé une liste de contacts.

À l’automne et à l’hiver de 2018, j’ai été très occupée : J’occupais toujours mon emploi de rédactrice web, mais je faisais un double temps au noir en tant que pigiste, de sorte qu’au moment où j’atterrirais en Colombie, je ne serais pas au chômage.

Devenir un nomade numérique exige de trouver un équilibre entre le travail et les loisirs, et le plus souvent, il s’agit uniquement de travail. (Du moins, d’après mon expérience…). Tout d’abord, avant de me lancer dans mon histoire, je devrais probablement donner ma définition de ce qu’est un nomade numérique.

Comme son nom l’indique, un nomade numérique est une personne qui travaille de manière numérique, c’est-à-dire en ligne, et qui a tendance à être nomade, c’est-à-dire qu’elle se déplace beaucoup. Pour quelqu’un qui choisit le style de vie du nomade numérique, je ne pense pas qu’il y ait vraiment une durée déterminée pour laquelle il doit être en mouvement… ou à quelle fréquence.

Trouvez un travail qui vous convient et vous pouvez vous déplacer toutes les semaines ou seulement quelques fois par an. La définition est aussi flexible que le style de vie.

Pour ma part, j’ai décidé de travailler en voyageant environ neuf mois avant de poser mon sac à l’aéroport et de prendre un vol pour la Colombie. Je ne suis pas partie comme ça. Et contrairement à ce que beaucoup de mes pairs pensent probablement, j’ai fait beaucoup (je dis bien BEAUCOUP) de démarches avant de réaliser ce rêve de travailler et de vivre à l’étranger.

Mes photos les plus récentes sur Instagram montrent un voyage sur la côte de l’Équateur (oui, j’ai travaillé tous les jours) et lorsque j’ai quitté le Canada, elles montraient un séjour au ski dans les Rocheuses canadiennes juxtaposé à des immeubles de grande hauteur avec un arrière-plan andin à Medellin, en Colombie.

Ils ne montrent pas ces nuits glaciales passées à travailler sur des missions pendant que mes amis se réunissaient pour boire des pintes de bière brune dans les pubs locaux. Elles ne me montrent pas rentrant chez moi dans les rues froides et sombres de Toronto après avoir travaillé toute une journée, juste pour prendre une douche rapide et chaude, manger un sandwich et m’asseoir à mon bureau pour quatre heures de plus.

Ensuite, j’ai passé ces longues soirées avec ma musique préférée, beaucoup de plats à emporter, une bonne dose de dévouement et, souvent, une bière. Je pensais aux plages de sable de Colombie. J’ai pensé à essayer de nouveaux aliments et à apprendre l’espagnol. Je pensais aux nouveaux amis que je rencontrerais, aux histoires que je publierais, aux nouveaux clients avec lesquels je nouerais des relations et surtout, à l’exploration de Medellin et de la campagne colombienne.

Je ne savais pas encore que je finirais par vivre en Équateur… mais les images de l’Amérique du Sud m’ont aidé à tenir le coup pendant ces neuf mois, en me préparant autant que possible pendant tout ce temps.

J’évoque cette histoire, l’histoire de ma transition vers la vie indépendante et libre d’un nomade numérique, pour illustrer que, contrairement à ce que les flux Instagram ou les blogs de voyage peuvent montrer, il y a beaucoup de travail qui se passe dans les coulisses.

Je travaille vraiment dur chaque semaine pour m’assurer que je peux continuer à vivre ce style de vie. Ce qui a commencé comme un congé sabbatique est devenu une vie de voyage à plein temps, et ce n’est pas tout le soleil et les arcs-en-ciel, mais c’est la meilleure décision que j’ai jamais prise et c’est la façon la plus enrichissante pour moi de vivre.

Je vous présente ci-dessous quelques-uns des trucs et astuces que j’ai recueillis non seulement pour devenir un nomade numérique, mais aussi pour rester productif. Toutes les informations ci-dessous sont basées sur mon expérience personnelle.

1. Faites jouer vos compétences en votre faveur

Devenir un nomade numérique ne devrait pas vous obliger à travailler en dehors de vos compétences ou à changer de secteur d’activité parce que vous vous sentez obligé de le faire. (Si votre emploi actuel vous épuise et que vous cherchez à essayer quelque chose de nouveau, c’est une autre histoire).

Faites jouer vos compétences et vos points forts en votre faveur en trouvant un moyen de les mettre en œuvre dans un poste à distance. Vous vous occupez peut-être de la conception graphique de votre entreprise. Commencez à rassembler des clients qui vous engageront pour le faire à distance. Vous êtes peut-être responsable des comptes de médias sociaux. De nombreux clients engagent également des gestionnaires de médias sociaux à distance.

L’objectif est de modifier ce que vous faites déjà pour en faire une activité adaptée aux nomades numériques. Si vous partez de zéro avec quelque chose de nouveau, vous devez d’abord acquérir de l’expérience avant que les clients ne vous fassent confiance et ne vous versent un salaire décent. De plus, commencer par quelque chose de nouveau signifie que vous n’avez aucune idée si vous allez aimer cela ou même si vous serez bon dans ce domaine. Ce n’est pas le plan le plus sûr…

2. Choisissez un travail qui vous passionne

Dans mon cas, la vie de nomade numérique en Équateur signifie que je dois être mon propre patron et définir mon propre emploi du temps. Je n’ai pas de bureau où me rendre, et si je voyage, je dois m’assurer que je réserve du temps pour travailler.

À cause de tout cela, je dois être sacrément sûre d’être passionnée par mon travail pour qu’il soit fait. Je peux honnêtement dire que je suis tellement motivée pour commencer à travailler chaque matin que je choisis souvent d’écrire le week-end et le soir au lieu de voir des amis. J’aime mon travail. J’aime travailler avec chacun de mes dix clients et j’aime avoir plusieurs projets en cours à tout moment.

Si vous voulez devenir un nomade numérique, choisissez un travail que vous aimez. N’oubliez pas que l’idée est d’améliorer votre qualité de vie. Vous ne devez pas redouter votre travail et vous ne devez certainement pas vous désintéresser de vos missions.

3. Obtenez un diplôme

J’ai un diplôme en journalisme. Lorsque j’ai décidé de devenir journaliste et écrivain, j’avais 18 ans et je n’ai cessé de développer cette compétence depuis. Il y a dix ans, le terme “nomade numérique” n’existait pas, mais une partie de ma motivation pour me lancer dans ce métier était de voir le monde.

Le fait d’avoir un diplôme et une expérience en journalisme, en rédaction et en édition a facilité ma transition vers une vie de freelance indépendant à l’étranger. C’est pourquoi je vous recommande d’obtenir un diplôme et de vous appuyer sur quelque chose si ce n’est pas déjà le cas.

4. Ne vous attendez pas à une entrée rapide et facile.

Si j’avais un centime à chaque fois que quelqu’un dans une auberge de jeunesse me demande comment faire ce que je fais, j’aurais beaucoup d’argent à la banque. Au cours de mes voyages, j’ai rencontré beaucoup de personnes à la recherche d’un moyen rapide et facile d’entrer dans la vie de nomade numérique.

Je ne sais pas si une telle voie existe, mais ce n’est pas mon expérience. L’écriture peut être l’un des emplois freelance les plus difficiles si vous ne savez pas ce que vous faites, car le marché est sursaturé, les bons clients peuvent être difficiles à trouver et la rémunération peut être faible. Cela ne s’est pas fait du jour au lendemain pour moi et je vous conseille donc de faire beaucoup de recherches, de faire vos devoirs et de planifier. C’est, à mon avis, la façon la plus sage de se mettre sur la voie du succès.

5. Réduisez vos dépenses

De nombreux postes en ligne et à distance sont moins bien rémunérés que les postes de bureau traditionnels. Dans mon cas, la baisse de salaire en valait la peine, car j’ai échangé ces sommes supplémentaires contre des expériences dans de nouveaux pays.

Si le fait de travailler à distance signifie que votre revenu va diminuer, je vous suggère de réduire les dépenses liées à votre style de vie le plus tôt possible. Pour moi, cela signifie vivre plus simplement. J’achète mes provisions sur les marchés, je prends le bus quand je voyage, je bois chez des amis plutôt que dans des bars chics et je cuisine tous mes repas.

6. Soyez strict avec vous-même

L’un des meilleurs conseils de carrière que j’ai jamais entendu est de traiter votre temps personnel de la même manière que vous le feriez pour une réunion avec un client ou un rendez-vous professionnel.

Par exemple, si vous avez prévu une réunion de travail avec quelqu’un à 14 heures un mercredi après-midi, vous l’inscrivez sur votre calendrier et vous vous présentez. Si vous fixez un rendez-vous chez le médecin à 9 heures demain matin, vous planifiez votre journée en fonction de ce rendez-vous.

Pour rester productif en tant que nomade numérique, vous devez faire de même pour votre temps personnel. Récemment, j’ai fait un voyage le long de la côte de l’Équateur. Chaque matin, je me suis tenu à un programme de travail, quoi qu’il arrive.

Lorsque je visite une nouvelle ville, je fais de même dans mon auberge en me réservant un moment tranquille pour travailler. Je m’y tiens même si de nouveaux amis vont prendre un verre et même si je suis fatigué par les activités de la journée.

J’ai travaillé depuis des restaurants de plage pendant que des amis se laissaient tenter par des cocktails. Je suis restée à l’écart de dîners de groupe pendant des week-ends de filles pour travailler deux ou trois heures. Si vous voulez être un nomade numérique, c’est un compromis. La seule façon pour moi de travailler pour moi-même depuis l’Équateur est de continuer à savoir quand dire non.

7. Créez une communauté de personnes partageant les mêmes idées

Interagissez avec des personnes qui comprennent ce que vous faites, car elles sont dans le même bateau. Je contacte régulièrement des freelances et des entrepreneurs à Toronto, car nous avons le même emploi du temps imprévisible et les mêmes doléances.

J’ai des amis ici à Cuenca qui travaillent également à leur compte, possèdent leur propre entreprise et écrivent en freelance. Je lis régulièrement des blogs de nomades numériques et je fais partie de plusieurs communautés en ligne similaires où je peux demander des conseils ou créer un réseau. D’après mon expérience, la création et l’utilisation de ces communautés est le meilleur moyen de rester motivé et de trouver des conseils pertinents et professionnels.

Lorsque vous devenez un nomade numérique, de nombreuses personnes vous jugeront. Plusieurs personnes voient votre Instagram et pensent que vous n’avez pas de travail ou que vous ne prenez pas le travail au sérieux. Pour moi, avoir une communauté de personnes qui comprennent ce que c’est réellement a été le meilleur moyen de contrecarrer ces opinions.

Travailler à distance, lorsque cela fonctionne, est la façon la plus satisfaisante de passer ses journées.

Après un an et trois mois de ce mode de vie, c’est ce que je ressens. Ce mode de vie est la meilleure décision que j’aie jamais prise pour moi et, tant que cela fonctionne, je vais continuer à le faire.

Je me suis imaginé en train de travailler régulièrement tout au long de l’hiver tout en imaginant des après-midi sur des plages de sable fin et une vie à explorer divers terrains d’Amérique du Sud. J’y suis arrivé. J’ai fait de ce rêve une réalité.

Imaginez-moi il y a deux semaines dans la petite ville côtière de Manglaralto. Séjournant dans la maison de plage d’une amie, je me suis réveillée à 7h30 et me suis versée une tasse de café. Pendant qu’elle enseignait l’anglais en ligne à des étudiants en Chine, j’ai rencontré des rédacteurs et terminé deux lots de notes de recherche pour un podcast sur lequel je travaille.

Une fois notre travail terminé, nous avons emmené les chiens courir jusqu’à la plage en début d’après-midi. Le ciel était dégagé, les vagues se brisaient sur la plage et la brise de l’océan était une bouffée d’air frais. Je préfère ça à mon ancienne vie de bureau n’importe quand.

Article  rédigé par Sinead Mulhern

Sinead Mulhern est une rédactrice canadienne spécialisée dans les voyages et les modes de vie qui vit en Équateur. En 2018, elle a quitté son emploi de rédactrice pour se lancer dans une carrière de journaliste indépendante à temps plein. Plus d’un an plus tard, elle passe ses journées à courir et à faire des randonnées dans les montagnes, à goûter aux saveurs locales, à travailler son espagnol et à écrire (duh !). Son travail a été publié dans divers magazines au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni. Suivez ses aventures sur @SineadMulhern.

Lisez aussi

11 meilleures villes européennes pour les nomades numériques et les travailleurs à distance

COMMENT GAGNER DE L’ARGENT EN TANT QUE NOMADE NUMÉRIQUE

Devenir un nomade numérique : de combien d’argent avez-vous besoin ?

Partager c'est Aimer

Articles qui vous interesseraient

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *